Billet final : bilan

Posted: April 26, 2013 in Uncategorized

Si je suis assez fier du blogue que j’ai sporadiquement créé cette session, je ne peux que constater avoir échoué sur le but principal de la création d’un blogue; offrir ma propre vision sur le monde.

Oui, j’ai donné mon opinion sur divers sujet qui me tiennent effectivement à coeur, mais j’en ai évité d’autres pour lesquels j’ai pourtant plus d’intérêt. Pourquoi? Pour ne pas passer pour un ci ou un ça, par crainte d’être inintéressant, trop controversé dans le cadre d’un cours universitaire, trop ci, pas assez ça, etc.

Au bout du compte, je pense avoir conçu un blogue correct pour ce qui est du contenu informatif, mais finalement, c’est exactement le genre de sujet qu’on retrouve parmi les médias de masse, envers lesquels j’ai pourtant exprimé un certain dédain dans mon tout premier billet. Je constate qu’il est facile de dire que certains médias ne traitent pas les vraies choses pour servir des faits divers plus ou moins pertinents, alors qu’ils ont tellement plus en jeu que moi, mon petit blogue et mes 3-4 lecteurs. Pourtant, comme eux, j’ai plié.

Pourquoi donc s’autocensurer alors que, je le pense, beaucoup attendent que quelqu’un, quelque part, ose faire fi des tabous et de la controverse pour offrir une vision nouvelle, pour vrai? La réponse est ici, maintenant, alors que j’écris ce texte, alors que vous me lisez. C’est ce regard invisible que je ressens à chaque mot ajouté, ce Grand Autre, c’est vous, cher lecteur! Au bout du compte, écrire ce blogue fut une belle leçon d’humilité. Qui sais, il y aura peut-être un de ces jours d’autre billet ajoutés sur cette page! Merci d’avoir lu mon blogue, et surtout, bon été à tous!

Advertisements

Téléchargements Illégaux

Posted: April 26, 2013 in Uncategorized

J’ai remarqué que plusieurs d’entre nous ont traité du sujet des téléchargements illégaux. Hé bien, je me joins au débat. Comme l’auteur du billet sur le sujet sur http://moonlifemedia.wordpress.com/, je suis d’avis que ces téléchargements sont une réalité avec laquelle les artistes d’aujourd’hui devront vivre. Le groupe Radiohead a compris qu’il devait s’adapter à cette situation, et que si plus de personnes ont accès à leur musique, peu importe comment, ça donnerait plus de ventes de billets ou de produits dérivés. C’est une approche que je trouve admirable, et pour un groupe qui comptait déjà des millions de fans à travers le monde, c’est probablement la meilleure façon de voir la chose. Par contre, pour ceux qui ne profite pas du statut de rockstar et tente de gagner leur vie avec leur création, je pense que de tout simplement ajuster les prix et profiter de l’accessibilité du web est la solution. Le modèle des humoristes américains Louis C.K. et Joe Rogan semble effectivement porter fruit. Ceux-ci ont lancé les dernières captations de leurs spectacles au coût de 5 $ seulement, aucun DVD, disponible en ligne seulement. Comme beaucoup d’autres, je me serais rendu sur piratebay pour me procurer ces spectacles s’ils avaient été au prix normal d’un film à sa sortie. Mais pour 5 $… comme beaucoup d’autres l’ont fait, je les ai achetés. C’est plein de bon sens, on peut avoir une certaine satisfaction à se procurer gratuitement quelque chose qui à une certaine valeur, mais commettre un vol d’une valeur de 5 $, qui ferait ça? Cette approche me plait beaucoup et je pense qu’elle sera plus utilisée dans les années à venir.

Désastres écologiques

Posted: April 25, 2013 in Uncategorized

Plus de deux ans après la catastrophe nucléaire, le sujet est enterré depuis déjà longtemps par nos principaux médias de masse. Et pour une bonne raison d’ailleurs, si l’on attendait que la situation soit réglée pour clore le sujet, on en entendrait parler pour le reste de nos vies. Alors que la décontamination du site lui-même nécessitera un travail intensif sur un demi-siècle, plus de 200000 tonnes d’eau ont déjà été contaminées, justement pour le nettoyage. Toute cette eau est ensuite amassée dans de grands réservoirs souterrains… qui fuient et répandent l’eau hautement radioactive dans le sol japonais. Ces fuites ne pouvant être colmatées, on devra attendre la construction de réservoirs plus solide pour y transférer l’eau contaminée (les travaux n’ont pas commencé.)

Toujours dans le thème de désastres écologique, ça fait maintenant 3 ans depuis la marée noire du Sud-est américain. Je suis tombé sur un article dernièrement, titré « Halliburton veut en finir avec la marée noire ». Wow, un grand nettoyage? Hé non, leur solution : Dédommager les plaignants en leur offrant des actions de la compagnie… Ce sera toujours plus rentable que de cesser l’extraction de pétrole dans les océans, et tant pis pour la planète! En plus de l’industrie de la pêche complètement foutue par des prises ayant d’immondes mutations, bien trop contaminées d’hydrocarbures pour être vendues et consommées.

Dans ce cas aussi, l’événement ne fait plus les manchettes depuis longtemps. Mais en jetant ces histoires d’horreurs aux oubliettes, est-ce qu’on veut simplement éviter la redondance, ou se planter la tête dans le sable?

Je voudrais revenir sur cet article de samedia. Ce qui pique ma curiosité, plus même que la menace atomique, c’est ce gouvernement et le culte de personnalité obligatoire envers ses leaders. En effet, toute religion est interdite en Corée du Nord, le seul culte doit être réservé au chef suprême. À la mort de Kim-Jong Il, des milliers de Nord-Coréens furent arrêtés et emprisonnés dans des camps de travail pour un minimum de six mois. Leur crime? Ne pas avoir pleuré suffisamment la mort de leur leader.

C’est à se demander comment un pays peut se retrouver dans une situation pareille. Car les obligations et la propagande misent de côté, ce peuple vénère bel et bien leur chef. Il faut comprendre que, comme mentionnée dans l’article, la famine des années 90 a fait plus d’un million de morts. Une nation aussi affaiblie se retrouve donc totalement à la merci de ses dirigeants, et les survivants leur devront leurs vies.

Il faudrait donc éviter les amalgames. Ce n’est pas la Corée du Nord qui menace, pas le pays lui-même, mais un seul homme ayant 22 millions de personnes à ses pieds, dépourvues de liberté et effrayées par les dures années passées. C’est une distinction que l’on oublie trop souvent de faire et ça donne comme résultat cette impression de «eux méchant, nous gentil», pour citer l’article de samedia. La haine et la peur sont mobilisées envers un pays en entier, alors que sa population tente simplement de survivre sous le régime des Kim, et d’oublier les horribles années d’extrême pauvreté et de famine.

Aside  —  Posted: April 18, 2013 in Uncategorized

Si un acte de ce genre a pour but de créer le désespoir, de diviser une communauté par la crainte et la suspicion, le responsable de cet attentat a certainement manqué son coup. Au-delà de l’horreur et la souffrance causée par ces explosions au marathon de Boston, la communauté a selon moi exécuté une réplique parfaite à cette attaque. Non par vengeance, mais par solidarité.

D’abord, les premiers secours apportés par de nombreux spectateurs réunis près de la ligne d’arrivée du marathon ont certainement contribué à alléger le bilan de cette catastrophe. Plus tard, les dons de sangs se sont enchainés jusqu’à l’excès. Assez incroyable de voir la Croix-Rouge demander d’arrêter de donner du sang, surtout en pareilles circonstances. Ensuite, beaucoup de Bostoniens ont gracieusement offert leur hospitalité à tous ceux qui n’ont pu quitter la ville. Sans compter les dons, les collectes de fonds, les groupes de soutiens et leurs bénévoles offrant nourriture, boissons et support moral.

C’est ce ressort de cette histoire à mes yeux. Je pense que ce que l’on devrait retenir du marathon de Boston 2013, c’est que cet élan d’entraide fut bien plus puissant que les explosions. Que la communauté ait su transformer cet événement tragique pour en faire une opportunité de s’unir, animée par un réel désir de soulager la détresse de leurs semblables. Qu’au-delà du bilan, des milliers aient répliqué par leur générosité et leurs soutiens. Que quelques-uns sont certainement capables du pire, mais que beaucoup plus sont capables du meilleur.

http://www.buzzfeed.com/erinlarosa/boston-marathon-tragedy-met-with-amazing-acts-of-kindness

Image

Je suis loin d’être du camp conservateur de Stephen Harper, mais je ne peux qu’être contre cette nouvelle campagne publicitaire du NPD. Que le message soit vrai ou non, je trouve qu’il s’agit d’une pathétique utilisation du média, dans une politique du moins pire comme on en voit si souvent dans nos gouvernements. Il me semble qu’un parti politique devrait avoir comme objectif de promouvoir ses propres idées plutôt que de constamment chercher à caler ses adversaires. Je pense qu’en émettant un message positif sur le potentiel de la nation, ceux-ci gagneraient certainement plus de respect envers les électeurs.

 

Il s’agit sans doute d’une stratégie de pensée-slogan, après tout beaucoup ont tendance à prendre les médias au premier degré, mais de ce point de vue cette publicité serait également irrespectueuse envers tous ceux à qui elle est destinée. Cette affiche désolante me rappelle avec un brin de nostalgie, par leurs contrastes, les derniers mots de l’ancien chef néo-démocrate, Jack Layton, à ses concitoyens; l’amour est cent fois meilleur que la haine. L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir. Alors, aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde.

 

L’histoire est semblable dans la course à la chefferie du parti libéral, alors que deux des principaux candidats, Marc Garneau et Justin Trudeau, s’attaquent mutuellement en public en tentant d’être le moins pire candidat plutôt que le meilleur, au détriment de l’image et de l’unité du parti qu’ils tentent pourtant de diriger.

Aside  —  Posted: March 5, 2013 in Uncategorized

On utilise souvent des termes tels que possible, pourrait, potentiellement, etc. à travers une nouvelle ou un article pour le rendre plus effrayant, donc plus intéressant. Ainsi, de banales histoires comme une épidémie de grippe, par exemple, est présentée comme « un virus potentiellement mortel se propage dans la population » créent un sentiment de danger pour le spectateur. En y ajoutant des termes comme « pourcentage alarmant, les experts craignent que… », on peut facilement transformer un événement banal en une nouvelle incroyable si l’on est peu attentif à distinguer le concret du futile. Voici une partie d’un article que j’ai trouvé au sujet d’une expérience faite sur le virus H5N1. L’article tente d’effrayer le lecteur en supposant que cette expérience met en danger toute la population globale.

The real answer to this question is shrouded in mystery. If you believe the official explanation, researchers merely want to anticipate how H5N1 might mutate in the future in order to get a handle early on how to address it. It is a purely hypothetical scenario that may not ever come to pass, of course, but it is the purported reason and justification for such research, even though such research could end up being the cause of a deadly H5N1 outbreak in the very near future.

And this brings us to the second and more sinister explanation. Researchers could be deliberately engineering a super-deadly form of H5N1 for the unstated purpose of eventually releasing it into the wild in order to trigger a pandemic. This is not that far-fetched when considering that the researchers involved in this work are carefully studying how many times the already-mutated virus needs to spread between mammals on its own in order to naturally mutate again into an even more deadly virus.

“The case fatality rate of wild H5N1 in the WHO (World Health Organization) database is nearly 60 percent … So if a strain of H5N1 with that fatality rate were engineered to spread like seasonal flu, hundreds of millions of people’s lives would be at risk,” Thomas Inglesby, Director and CEO of the Center for Biosecurity at the University of Pittsburgh Medical Center, is quoted as saying by CNSNews.com.

Article complet : http://www.naturalnews.com/038901_virologists_flu_virus_pandemic.html

On peut rapidement se rendre compte que, finalement, il n’y a pas de véritable danger. L’article présente une série de suppositions plus ou moins sensées pour conclure avec « hundreds of millions of people’s lives would be at risk » et laisse le lecteur sur un sentiment de peur, et ainsi l’amener à reconsulter le site pour savoir s’il est en danger et découvrir la toute dernière « menace pour l’humanité ». Divagation 1, information 0, mais l’article aurait été tellement moins captivant s’il faisait seulement mention d’une expérience sur la grippe…

Aside  —  Posted: February 28, 2013 in Uncategorized